mardi 20 mai 2014

C’ETAIT LE DERNIER DE L'AGE D'OR DE LA B.D. AMERICAINE DE SCIENCE-FICTION



Décédé le 29 avril 2014 à l’âge de 89 ans, Albert Bernard FELDSTEIN était un dessinateur américain, notamment renommé pour sa contribution au journal satirique MAD. Il était également l’auteur de l'image ayant servi de couverture pour l’adaptation en bande dessinée des CHRONIQUES MARTIENNES (MARTIAN CHRONICLES) d’après Ray BRADBURY, évoquée dans l’hommage consacré à l’écrivain, image iconique d'une période fastueuse.

Un talent précoce
Après avoir gagné en 1938 le prix du concours d’affiche pour l’exposition universelle devant se tenir à New-York l’année suivante, Al FELDSTEIN qui y avait vu le jour le 24 octobre 1925, décide de faire de l’illustration son métier. Tout en étudiant la peinture au lycée à Manhattan, il travaille pour une somme modique pour l’éditeur de bandes dessinées Iger, d’abord comme garçon de courses, puis est chargé de dessiner les taches de la parure en peau de léopard du personnage de SHEENA, LA REINE DE LA JUNGLE (SHEENA, QUEEN OF THE JUNGLE), et enfin d’encrer des décors, avant de se voir en définitive confier la responsabilité de créer des pages entières. Inscrit à l’université, il prend conjointement des cours dans une école d’art, jusqu’à ce qu’à 17 ans, en juillet 1943, il soit mobilisé par l’armée de l’air, ses talents étant alors utilisés pour réaliser des insignes pour les tenues, des décorations sur les avions, des fresques murales, et une bande dessinée interne à la base dans laquelle il officie.
Rendu à la vie civile, il abandonne son projet de devenir professeur au bénéfice de la rémunération plus importante que lui propose la maison d’édition Iger, avant de se mettre à son compte et de travailler pour divers éditeurs, mais l’essentiel de sa carrière se fera sous les auspices de l’éditeur de bandes dessinées policières E.C. Comics, William (dit Bill) GAINES, pour le compte duquel il œuvre à partir de 1948; il le convainquit rapidement de l'intérêt d'utiliser le style percutant des bandes dessinées d'action de la maison pour l'appliquer à des histoires fantastiques suscitant l'effroi.

Un foisonnement d’épouvante illustrée

Ainsi apparaissent CRYPT OF TERROR (bientôt rebaptisé TALES FROM THE CRYPT) et THE VAULT OF TERROR, titres auxquels vient s’ajouter THE HAUNT OF FEAR. Al FELDSTEIN crée aussi les personnages sardoniques et inquiétants, le Gardien de la crypte, le Gardien du caveau et la Vieille sorcière, qui introduisent les récits et les concluent de manière sarcastique, et sont inspirés des feuilletons radiophoniques que Bill GAINES et lui-même affectionnent, tels qu’INNER SANCTUM et LIGHTS OUT. On retrouvera cette présentation dans la série télévisée réalisée de 1989 à 1996 qui en est l’adaptation, LES CONTES DE LA CRYPTE produite par la chaîne HBO (TALES FROM THE CRYPT) basée sur ces albums ainsi que sur ceux d’inspiration souvent plus policière mais tout aussi macabres, CRIME SUSPENSTORIES, SHOCK SUSPENSTORIES et TWO-FISTED TALES de la maison d'édition. La série est fidèle à l’humour très noir qui imprègne les histoires, même si la cruauté des dénouements ne va pas néanmoins sans une certaine morale, les personnages étant généralement châtiés pour leurs turpitudes à l’instar de la fin des contes populaires. On avait évoqué un épisode en particulier dans lequel Kevin McCARTHY avait la vedette à l’occasion de l’hommage proposé lors de la disparition de l’acteur. Nombre de noms célèbres ont réalisé des épisodes, comme les acteurs Arnold SCHWARZENEGGER et Tom HANKS, et les réalisateurs Robert ZEMECKIS, Richard DONNER, John FRANKENHEIMER, Russell MULCAHY, Tobe HOOPER et Freddie FRANCIS, lequel avait porté en 1972 certaines histoires sur le grand écran sous le nom de TALES OF THE CRYPT pour la société de production Amicus. Aussi, en dépit de leur réputation d’histoires de mauvais goût visant le sensationnalisme malsain, ces bandes dessinées sont entrées dans la culture populaire et bien des artistes les citent comme sources d’inspiration. L’écrivain Stephen KING et le réalisateur George ROMERO s’étaient associés en 1982 pour concevoir un film à sketchs conçu comme un hommage aux bandes dessinées E.C. Comics, CREEPSHOW, qui, tout en étant basé sur des histoires imaginées par l’écrivain en retrouvaient l’esprit, les sketchs étant de surcroît là aussi présentés par un personnage ironique à l’apparence pour le moins décharnée - Stephen KING réitéra l’expérience avec CREEPSHOW 2, le personnage y apparaissant cette fois lors de séquences sous forme de dessins animés. Rob BOTTIN, concepteur des effets spéciaux de THE THING (1982), reconnaîtra aussi l’influence que ces bandes dessinées ont eu sur lui, admettant qu’il en avait tiré directement l’idée du personnage dont la tête se détache pour s’émanciper du corps.
Même si une de ces histoires comportait une entité protoplasmique vorace rappelant les Shoggoths dépeints par Howard Philip LOVECRAFT et que dans une autre aventure, MA FEMME EST MONSTRUEUSE (KAMEN’S KALAMITY), l’épouse acariâtre d’un auteur de bandes dessinées se change en monstre à ses yeux, ces bandes dessinées comportaient fort peu de créatures, si l’on excepte les « monstres classiques » comme les morts-vivants et les loups-garous.


Une couverture de la bande dessinée d'horreur THE VAULT OF HORROR; un petit coin à l'ombre dans lequel il ne fait pas bon vivre..

Extraterrestres à foison
Ce n’était pas le cas de d’autres productions E.C. Comics dans la veine de la science-fiction, WEIRD SCIENCE et WEIRD FANTASY, qui sous la direction d'Al FELDSTEIN, renouaient avec l’imagerie des extraterrestres pittoresques des pulps – d’autant plus que Bill GAINES y recherchait son inspiration, en choisissant certains sujets parmi les récits déjà publiés, et en demandant à ses auteurs d’élaborer une nouvelle histoire en reprenant les prémisses de l’original, comme THE MICRO RACE ! qui puisait ses sources dans LE DIEU MICROSCOMIQUE (MICROCOSMIC GOD) de Theodore STURGEON; des œuvres d’autres auteurs de pulps moins connus du lectorat français comme Henry HASSE et Donald WANDREI servirent aussi de base à ces bandes dessinées. Le procédé n’échappa pas à un des écrivains concernés, Ray BRADBURY, lequel, comme on l’avait relaté dans l’hommage consacré à ce dernier, écrivit à l’éditeur pour le féliciter du travail réalisé et s’enquérir avec humour de sa rétribution qui ne lui était pas encore parvenue. L’approche malicieuse de l’auteur fut fructueuse, l’éditeur reconnut ce qu’il lui devait, lui paya la somme requise et une collaboration cette fois officielle débuta entre les deux parties.


Ce petit monstre dessiné par Al FELDSTEIN n'a rien à voir avec une inoffensive petite pieuvre, puisqu'il s'agit de l'inquiétante créature de l'espace de SEEDS OF JUPITER ("les graines de Jupiter").

Al FELDSTEIN était entouré de d’autres dessinateurs de talent.

Autour d'Al FELDSTEIN ( et de l'éditeur Bill GAINES ) se trouvaient notamment Al WILLIAMSON et Wally WOOD (haut), Joe ORLANDO et Jack KAMEN (bas) - à noter qu'on voit sur la porte derrière Joe ORLANDO les noms gravés de l'éditeur William GAINES et en plus petit d'Al FELDSTEIN.
Wallace Alan WOOD dit Wally WOOD (17 juin 1927-2 novembre 1981) a également réalisé durant une décennie des illustrations pour le magazine littéraire GALAXY SCIENCE-FICTION. On lui doit aussi les modèles de la série de cartes à collectionner MARS ATTACKS pour la marque de chewing gum Topps, ayant servi d'inspiration à la comédie cinématographique homonyme de Tim BURTON. Personnalité tourmentée et sujette à des migraines fréquentes, une addiction à l’alcool lui occasionna des troubles rénaux et il finit par mettre fin à ses jours par balles après avoir perdu l’usage d’un œil à la suite d’une attaque. Amer, il déclara peu avant que s’il devait recommencer sa vie, la première chose qu’il ferait serait de se couper les mains, pensée tristement révélatrice de son implication absolue dans son art, laquelle lui valut d’être consacré meilleur dessinateur en 1965 et meilleur encreur en 1966 au titre des Alley Awards, qui récompensent les auteurs de bandes dessinées, et meilleur dessinateur étranger au Festival de la bande dessinée d’Angoulême en 1978. La confession désabusée de Wally WOOD éclaire significativement la bande dessinée aux dessins desquels il avait contribué, publiée dans le numéro 39 de la revue CREEPY en 1974, OVERWORKED ("surmené"), dans laquelle un dessinateur d'histoires fantastiques et de science-fiction, obsédé par les univers qu'il doit concrétiser et pressé de rendre toujours plus de planches par les éditeurs, finit littéralement par être absorbé par la planète extraterrestre qu'il était en train de dessiner... Un site lui est consacré : http://wallywoodart.blogspot.fr/.


Un autoportrait de Wally WOOD clôturant la bande dessinée MY WORLD, un plaidoyer pour les émotions que procure la science-fiction et son merveilleux dépaysement, noble profession de foi à laquelle se montreront visiblement insensibles ceux qui devaient bientôt faire s'abattre une censure intransigeante sur les histoires extraordinaires publiées par E.C. Comics.

Au moins, cet impitoyable extraterrestre qui apparaît brièvement dans MY WORLD n'est pas fallacieusement à "visage humain" !


Quand un dessinateur se sent lui-même entraîné dans les univers cauchemardesques auxquels il donne vie au point d'y disparaître : OVERWORKED et son extraterrestre un peu trop pressant dans CREEPY  - une probable émanation tragique de Wally WOOD.

Al WILLIAMSON (21 mars 1931-12 juin 2010) a été régulièrement le collaborateur du renommé Frank FRAZETTA, puis de Frank KIRBY. Il a repris plusieurs bandes dessinées d’Alex RAYMOND après la disparition de leur créateur, notamment FLASH GORDON, dont, juste retour des choses, il conçut aussi l’adaptation en bande dessinée du film produit par Dino de LAURENTIIS qui avait porté le personnage sur le grand écran ( le dessinateur avait d’ailleurs aussi un temps envisagé de consacrer une série, SAVAGE WORLD, à des aventures dont le principal protagoniste n’était autre que Buster CRABBE, l’acteur ayant interprété Flash Gordon dans les serials des années 1930 ). Al WILLIAMSON fut choisi par la compagnie de Georges LUCAS pour réaliser l’adaptation en bande dessinée de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE (THE EMPIRE STRIKES BACK), suivie de celle du RETOUR DU JEDI (RETURN OF THE JEDI), de même que celle de BLADE RUNNER. En 1995, il reviendra à nouveau à FLASH GORDON pour une nouvelle aventure. Très appliqué, avec un style qui rappelle quelque peu celui du français Paul GILLON, il devait régulièrement travailler comme encreur pour gagner un revenu que sa seule production graphique seule ne pouvait lui assurer, oeuvrant comme encreur pour les éditeurs Marvel, DC Comics et Dark Horse comics.
Comme Al FELDSTEIN, Joe ORLANDO et Jack KAMEN travaillèrent pour la revue MAD après la fin des E.C. Comics.
D’origine italienne, Joe ORLANDO accumula les prix très jeune. Il dessina aussi nombre d’histoires de pirates et occupa également par ailleurs au sein de l’univers de la bande dessinée les fonctions de scénariste et d’éditeur.
Jack KAMEN commença par travailler comme sculpteur pour l’exposition du centenaire de l’indépendance du Texas. Comme son titre original KAMEN’S KALAMITY (changé en KORMAN’S KALAMITY pour l’adaptation en tant qu' épisode de la série télévisée LES CONTES DE LA CRYPTE ) l’indique expressément, son histoire MA FEMME EST MONSTRUEUSE, relatant comment une histoire sentimentale peut dégénérer, est inspiré en partie de son expérience personnelle. Il a aussi œuvré pour la publicité, retravaillant au crayon de couleur ses peintures séchées artificiellement. Deux enfants de Jack KAMEN se sont consacrés à la recherche, Dean en particulier est connu pour avoir déposé 400 brevets.
Les bandes dessinées de science-fiction d’E.C. Comics donnaient vie au genre d'aventures spatio-temporelles échevelées des magazines littéraires des décennies précédentes, sans se départir d’un humour souvent caustique. Dans NÉ DE L’ESPACE (SPACE BORN), d’Al WILLIAMSON, un astronaute tue une créature lui paraissant menaçante, laquelle s’avère être son propre rejeton étonnamment métamorphosé par des facteurs inconnus semble-t-il destinés à l’adapter au monde extraterrestre dans laquelle sa compagne lui avait accidentellement donné la vie, comme celle-ci le révèle une fois l’irrémédiable commis. 

Un enfant de l'espace tendant ses petits bras en quête d'affection ?

ÉLEVAGE INTENSIF (PLUCKED !) de Wally WOOD est particulièrement notable et représentatif; lors de la soirée de Thanksgiving réunissant deux couples, les deux hommes dissertent sur de régulières disparitions de populations au cours de l’histoire ( sujet qui a aussi notamment inspiré le roman SPECTRE (PHANTOMS) de Dean KOONTZ ), tandis que des extraterrestres font soudain irruption et emportent sans qu’ils s’en aperçoivent les deux épouses dodues telles des dindes grasses pour un usage qu’on devine analogue à la tradition fêtée par les convives. S’interrogeant sur l’absence de témoins permettant de valider sa théorie, l’audacieux auteur de l’hypothèse en déduit fort justement que ceux qui auraient été exposés à de tels faits auraient probablement été hypnotisés, et les deux compères s’accordent finalement sur le plaisir qu’ils ont depuis tant d’années à fêter Thanksgiving en célibataires.. 


Une scène particulièrement intense d'ÉLEVAGE INTENSIF et ses horrifiants ravisseurs extraterrestres dessinés par Wally WOOD qui tiennent à la fois du gorille et de la mygale !


Une autre créature extraterrestre de Wally WOOD -"Tu as de beaux yeux, tu sais?.. Il n'y a pas d'heure pour les baves..!"

Une autre création de Wally WOOD pour ceux qui n'auraient pas trouvé la créature précédente suffisamment expressive...


L'apparence générale de ce monstre extraterrestre dessiné par Wally WOOD pour THE MANHUNTERS, publié en 1974 dans le numéro 60 du magazine EERIE n'est pas sans rappeler celui qu'il avait conçu pour LES MARTIENS dans WEIRD SCIENCE. 

L’être humain lui-même n’est pas moins monstrueux que les créatures de l’espace, de l’astronaute qui tue tous les hommes en hibernation de la future coloniale spatiale pour pouvoir tenir toutes les femmes à sa seule disposition une fois celles-ci ranimées de 50 GIRLS 50, d' Al WILLIAMSON, à celui de SOUS CLÉ (KEYED UP), de Joe ORLANDO, qui laisse volontairement mourir son collègue à l’extérieur du vaisseau spatial sans se douter que les semelles aimantées de la victime vont l’arrimer à la coque métallique jusqu’à son retour sur Terre, terrible preuve accusatrice du crime dont il devra répondre si la vue permanente du visage putréfié au travers du hublot ne le fait pas basculer dans la démence d’ici là. Moins atroce, mais tout aussi malicieuse, la chute des MARTIENS (THE MARTIANS) de Wally WOOD révèle que les êtres humains étaient considérés par les habitants disparus de Mars comme trop affreux pour que la diffusion d'un film dans lequel leur image apparaissait soit interdite de vision par "tous les Martiens âgés de moins de quinze tentacules". Wally WOOD n’hésite pas dans E.C. CONFIDENTIEL (E.C. CONFIDENTIAL) à présenter les différents contributeurs de WEIRD SCIENCE réunis autour de Bill GAINES comme des Vénusiens exilés tentant d’avertir l’humanité au travers de leurs bandes dessinées des périls immanents dont elle n’a pas conscience.


Un cadavre bien encombrant dans SOUS CLÉ, histoire qui n'est pas sans rappeler les fins morales cruelles des E.C. Comics d'horreur comme LES CONTES DE LA CRYPTE ( le faciès horriblement décati de la victime est un peu trop morbide pour que l'image intégrale puisse être présentée ici à un public non averti qu'on a déjà mis à rude épreuve avec celle d'ÉLEVAGE INTENSIF...).

Ceux qui ont vu le film LES SURVIVANTS DE L'INFINI (THIS ISLAND EARTH) de Joseph NEWMAN de 1955 ne seront pas dépaysés par la vision de ce couple captif tenu dans un cylindre à l'intérieur de la soucoupe volante de leurs ravisseurs dans cette illustration d'Al FELDSTEIN de 1951.

La créature venue de la Quatrième dimension (MONSTER FROM THE 4TH DIMENSION), née sous le crayon d'Al FELDSTEIN en 1951, a fait l'objet en 1953 d'une nouvelle adaptation en noir et blanc confiée à Bernard KRIGSTEIN.

 Cet humour ne restait pas toujours cantonné aux pages des périodiques. Un jour, la collaboratrice du jeune Al WILLIAMSON âgé de 22 ans, chargé de mettre ses dessins en couleurs, renversa abondamment de l’encre sur ses planches sur lesquelles il avait passé des jours à travailler minutieusement, mettant celui-là dans un état qu’on peut facilement se figurer, avant que celle-ci lui révèle qu’il s’agit d’encre sympathique de farces et attrapes qui va bientôt s’estomper. Un contributeur plus occasionnel des séries de science-fiction, Will ELDER, alla dans ses jeunes années jusqu’à disposer à proximité de voies à grande vitesse un amas de viande et de vieux vêtements, en criant « Mickey est tombé !», de sorte que les mères de famille qui avaient un fils prénommé ainsi accoururent affolées; une facétie dont l’effroi l’emporte incontestablement sur la drôlerie.

La "fin tragique des E.C. Comics"
Peut-être parce qu'elles s'adressaient moins à un public adolescent plus féru d'émotions fortes que de dépaysement et de distanciation quelque peu philosophique, les deux revues de science-fiction WEIRD SCIENCE et WEIRD FANTASY ne rencontrèrent pas le succès qu’elles méritaient, à la différence des bandes dessinées d’horreur des E.C. Comics, mais les bénéfices rapportées par ces dernières permettaient cependant à Bill GAINES de les conserver. Néanmoins, l’inflation finit par le contraindre à les fusionner sous le titre de WEIRD SCIENCE FANTASY. 
Par ailleurs, la violence explicite des bandes dessinées d’horreur, en dépit de la morale qui clôt généralement l’histoire, fut perçue par certains hommes politiques comme inappropriée pour les adolescents, et, en réponse à ces attaques, les éditeurs de bandes dessinées élaborèrent en 1954 le Code comics qui aboutit la même année à la Comics code Authority. Bill GAINES est contraint de s’y conformer pour que ses bandes dessinées puissent être diffusées par les distributeurs. S'il est un domaine dans lequel, à l'instar de l'histoire E.C. CONFIDENTIEL qui les mettait en scène, les auteurs de WEIRD SCIENCE avaient eu une préfiguration de l'avenir, c'est bien en anticipant d'une certaine façon la censure s'abattant sur les représentations de créatures étranges dont le jeune public devait être protégé, comme manifesté dans LES MARTIENS de Wally WOOD, histoire qui apparaît étrangement prophétique et satirique rétrospectivement, avec ces Martiens qui considéraient l'être humain comme trop repoussant pour que la diffusion d'un film dans lequel leur image apparaissait soit interdite de vision par "tous les Martiens âgés de moins de quinze tentacules"... Les monstres tels que loups-garous et vampires sont ainsi interdits par le code des bandes dessinées, et même le terme « weird » (étrange) est banni, de sorte que le titre WEIRD SCIENCE FANTASY doit être changé en INCREDIBLE SCIENCE-FICTION pour recevoir l’habilitation; Bill GAINES se voit signifier que les mutants aussi sont interdits, ce qui amène finalement l’éditeur à renoncer définitivement aux bandes dessinées fantastiques et à se concentrer sur le magazine caustique MAD qui n’est pas soumis à cette autocensure ayant fini par perdre toute mesure, et dont le succès ne s'est pas démenti depuis lors.
L'éditeur Bill GAINES a passé un mauvais moment quand les bandes dessinées fantastiques des E.C. comics sont passées à la trappe..


En 1984, cette couverture d'Al FELDSTEIN présentant une créature de l'espace ressemblant à une sorte de gigantesque et inquiétant ver annelé marin sédentaire ( on sait depuis l'écrivain Salman RUSHDIE que "les vers, c'est satanique" !.. ) a été reprise, avec une nouvelle colorisation lui prêtant le plus beau rouge carmin, pour une édition française en bandes dessinées des CHRONIQUES MARTIENNES d'après Ray BRADBURY, reprenant les adaptations d'après l'auteur réalisées dans les années 1950 - bien que l'album ne comportait en réalité pas davantage de monstres que dans l'oeuvre littéraire initiale.

Bill GAINES nomma ainsi en 1955 Al FELDSTEIN rédacteur en chef du magazine satirique MAD et celui-ci en dessina notamment la figure iconique, le garçonnet roux au visage fat. 

Le fameux personnage créé par Al FELDSTEIN pour la revue parodique MAD, en compagnie d'un hôte non moins célèbre...


Cette créature menaçante, la Bête de la lune de Jupiter, n'est pas issue d'une nouvelle de Clark Ashton SMITH, mais d'une fausse couverture conçue par Will ELDER. On appréciera au passage la tenue minimaliste du personnage féminin. Le titre fait allusion à l'impossibilité scientifique des histoires de la publication fictive.

A partir de 1984, Al FELDSTEIN se consacre presque exclusivement à la peinture très soignée de paysages du Montana et d’animaux sauvages, confirmant son éclectisme. On peut en voir un échantillon sur son site officiel:  http://www.alfeldstein.com/)

Des créatures bien réelles sur cette magnifique peinture intitulée "Motherspride" ("la fierté d'une mère"). 
Si les bandes dessinées de science-fiction E.C. Comics n’ont inspiré qu’un seul film, WEIRD SCIENCE de John HUGUES en 1985, une comédie moralisatrice sur des adolescents aspirant à créer la femme idéale, elles incarnent un âge d’or dont on peut quelque peu retrouver l’esprit dans une série des années 1960 comme AU-DELÀ DU RÉEL (THE OUTER LIMITS), riche en savants fous et en monstres pittoresques, se terminant également souvent par une chute percutante, même si l’humour caustique y est moins présent. Les bandes dessinées d'horreur d'E.C. Comics ont quant à elle acquis une belle notoriété et l'association internationale des écrivains d'horreur, la Horror writers association, a ainsi décerné en 2010 le prix Bram Stoker (d'après le nom de l'auteur du roman DRACULA) à Al FELDSTEIN. La disparition de celui-constitue une occasion de rendre ici un nécessaire hommage à cette glorieuse page de la culture populaire.



Aucun commentaire: