mercredi 8 décembre 2010

LES TALENTS MULTIPLES DE JAMES CUMMINS



Alors que le tournage de la préquelle de THE THING s'achève, on vient d'apprendre la disparition d'un maquilleur qui avait contribué aux effets spéciaux du film initial.

Si les noms de quelques maquilleurs comme Dick SMITH, Rick BAKER, Stan WINSTON et Rob BOTTIN ( voir les articles que ce site thématique a consacré à la carrière des deux derniers en juin 2008 et mars 2009 ) sont connus de ceux qui se passionnent pour le cinéma fantastique, bien d'autres parmi ceux qui œuvrent à leur côté n'ont pas acquis le même niveau de notoriété. James CUMMINS est ainsi probablement un peu moins connu des amateurs de fantastique, mais il a participé à des films importants.

Né dans le Missouri, James CUMMINS suit des études artistiques en Californie, et découvre qu'elles ont pour finalité de le recruter comme animateur par le studio Disney. Estimant que la reproduction de dessins presque identiques à la suite, destinés à recréer un mouvement, est une tâche plutôt fastidieuse, le jeune homme préfère réaliser des masques et se constitue ainsi un portfolio avant d'aller le présenter dans les studios d'effets spéciaux. Le célèbre maquilleur Tom BURMAN, responsable des effets spéciaux de films comme SOUDAIN LES MONSTRES ( FOOD OF THE GODS ) ainsi que de ceux des remakes de L'ÎLE DU DOCTEUR MOREAU ( THE ISLAND OF DR. MOREAU ) de Don TAYLOR et de L'INVASION DES PROFANATEURS ( INVASION OF THE BODY SNATCHERS ) de Philip KAUFMAN, qu'il admirait tout particulièrement, se montre enthousiaste devant ses réalisation et l'engage séance tenante. Il reçoit d'abord la mission d'effectuer des dessins pour un projet personnel de BURMAN portant sur une course de motos. Grâce à l'entremise de Tom BURMAN, il sculpte pour le compte de Stan WINSTON une tête décapitée pour EXTERMINATOR, LE DROIT DE TUER; l'effet est jugé si réaliste que la scène sera finalement écourtée pour tenir compte de la censure. Il œuvre ensuite sur les corps décomposés de DEAD AND BURIED et sur les robots amoureux de HEARTHBEEPS, toujours sous l'égide de Stan WINSTON.

Alors qu'il était demeuré sans contrat durant trois mois, un ami, Henry GOLAS, lui offre la responsabilité principale des effets spéciaux d'un téléfilm, LE MONSTRE DES PROFONDEURS ( THE INTRUDER WITHIN ), de Peter CARTER, avec Chad EVERETT, Joseph BOTTOMS et Linda MASON GREEN, promise à devenir la ravissante héroïne de la série LA GUERRE DES MONDES ( WAR OF THE WORLDS ). L'opportunité ne va cependant pas sans déconvenues. Trois jours avant le début du tournage, les producteurs lui demandent de revoir le concept dans un sens plus commercial, recevant l'ordre de s'inspirer partiellement de l'extraterrestre d'ALIEN ainsi que de la mâchoire du requin des DENTS DE LA MER ( JAWS ). En trois semaines, il doit donc modifier le costume et concevoir toutes les phases de cette créature découverte par les employés d'une plate-forme de forage pétrolière, représentant une espèce ancienne de plusieurs millions d'années, concurrente de l'homme, qui débute sous une forme embryonnaire; si le monstre rappelle effectivement l'allure biomécanique de la créature conçue par GIGER pour le film de Ridley SCOTT, il est cependant loin d'en être la simple décalque. N'étant alors pas encore membre de l'union syndicale des maquilleurs, James CUMMINS n'est pas autorisé à prendre une part active sur le plateau; frustré de devoir laisser une autre personne manipuler ses créations, il quitte finalement le tournage au Canada, sans amertume, estimant que le travail a été correctement effectué.

Le juvénile James CUMMINS avec le buste de la créature adulte du MONSTRE DES PROFONDEURS.

Il a aussi participé à deux films importants au sein de l'équipe de Tom BURMAN; sur THE BEAST WITHIN, il réalise le costume de la dernière étape de transformation d'un adolescent en une créature terrifiante, mais le costume s'avère trop lourd à porter pour l'acteur prévu, et une nouvelle version est rapidement créée, ne conservant que les mains et pieds sculptés par CUMMINS. Sur le remake de LA FÉLINE ( CAT PEOPLE ), un autre film traitant de métamorphose, il conçoit une panthère mécanique - représentant le personnage joué par Natassia KINSKI sous une forme animale - mais les atermoiements du réalisateur Paul SCHRADER, qui ont aussi eu pour effet de réduire la scène de la transformation, amènent à n'utiliser cette création que pour un plan, montrant le félin s'élancer dans une rivière. Peu de temps après avoir reçu une proposition d'intégrer l'équipe de Rob BOTTIN pour THE THING de John CARPENTER, Tom BURMAN le contacte de nouveau pour travailler sur des plans additionnels de LA FÉLINE. En dépit de la reconnaissance qu'il éprouve pour le célèbre maquilleur lui ayant offert sa chance, James CUMMINS décide de saisir la possibilité d'intégrer une grande production - sur laquelle est aussi employé de son côté Rob BURMAN, fils de Tom, en tant que "préposé au latex". Cependant, en dépit de la cohérence que s'efforce de faire régner le directeur des effets spéciaux sur le film, Eric JENSEN, CUMMINS se heurte à nouveau aux hésitations quant à ce qu'on attend de son travail, le responsable principal, Rob BOTTIN, trop accaparé par ses responsabilités, et se concentrant principalement sur la sculpture des têtes, ne passant donner son aval qu'une fois la tâche de ses collaborateurs achevée. Au bout de sept mois, il choisit de reprendre sa liberté.

A l'issue d'une période d'oisiveté, il est engagé par Henry GOLAS sur LES ENVAHISSEURS SONT PARMI NOUS ( STRANGE INVADERS ) de Michael LOUGHLIN, pour concevoir des extraterrestres humanoïdes prenant des traits humains afin d'infiltrer une communauté villageoise, au rang de laquelle on compte notamment l'interprète principal de LA CHOSE D'UN AUTRE MONDE ( THE THING FROM ANOTHER WORLD ), Kenneth TOBEY. On le retrouve sur des films bien connus comme LES DENTS DE LA MER 3 (JAWS 3D ), pour lequel il réalise des modèles miniatures de requin. Il dessine des storyboards ( dessins prévoyant le découpage des scènes ) pour COCOON, travaille comme sculpteur et animateur pour Chris WALAS sur ENEMY MINE et conçoit les créatures du film d'épouvante tragico-comique de HOUSE de Steve MINER, notamment les traits d'un monstre surnommé le "Démon de la guerre", une manifestation inquiétante constituée par l'assemblage de victimes du Vietnam donnant mauvaise conscience à un écrivain ( William KATT ) qui a servi à leurs côtés quelques années plus tôt, peinte par Margaret BESERRA, qui avait également aussi œuvré sur THE THING et LES ENVAHISSEURS SONT PARMI NOUS. On lui doit encore les créatures d'ALIEN PREDATORS, petit film de Deran SARAFIAN, tourné en Espagne, qui imagine les exactions d'un organisme extraterrestre parasite ayant échappé au contrôle de la N.A.S.A, et il fait partie en tant que sculpteur de l'importante équipe - Chris WALAS, Greg NICOTERO, Robert KURTZMAN, etc... ayant donné vie au monstre marin d'une espèce inconnue sévissant dans le film de Sean CUNNINGHAM curieusement intitulé en français M.A.L. MUTANT AQUATIQUE EN LIBERTÉ (DEEP STAR SIX).

L'effrayant Démon de la guerre de HOUSE, conçu par James CUMMINS, qui en a notamment sculpté la partie antérieure, constitué d'un conglomérat de victimes, lequel n'est pas sans rappeler les effrayantes transformations de THE THING. Le maquilleur se montrait particulièrement fier de Big Ben, l'ancien supérieur du héros, un mort-vivant qui l'accuse de désertion, interprété par Richard MOLL, dont le visage était animé par divers mécanismes. La photo provient du blog de l'auteur, échange de bons procédés (voir post-scriptum).

James CUMMINS avait préalablement fait les dessins conceptuels pour les créatures de HOUSE.
Rencontre déplaisante en Espagne: la N.A.S.A. a laissé s'échapper des organismes meurtriers, que CUMMINS a contribué à créer. Avec leur mâchoire gourmande et leurs pattes arachnidiennes, ils rappellent quelque peu le monstre de MUTANT ( plus connu comme FORBIDDEN WORLD ) d'Allan HOLZMAN - ce qui a peut-être incité le distributeur d'ALIEN PREDATORS à proposer parfois le film sous le titre MUTANT II.

Le petit extraterrestre reptilien d'ENEMY MINE sculpté par James CUMMINS.

Cependant, James CUMMINS finit par se lasser de devoir laisser à d'autres le soin de mettre en valeur de manière aléatoire son travail, d'autant qu'adolescent il envisageait déjà, en testant dans le secret de sa chambre ses premiers maquillages, la création de monstres comme une possible étape pour accéder un jour à la mise en scène. Il réalise un film dont il a conçu lui-même les effets spéciaux, THE BONEYARD en 1990, film d'épouvante semi-humoristique se concluant par l'apparition d'un féroce démon à l'aspect de caniche géant.

Un personnage effrayant de THE BONEYARD.

Lors du tournage de son troisième film, DARK: 30, il contracta la scarlatine; l'infection le contraignit à subir deux opérations à cœur ouvert en 2002. Il écrivit et illustra un ouvrage tout public, GOOD THINGS TO SHARE, dont les bénéfices lui permettent de faire un don à des associations d'aide aux enfants malades, afin de remercier l'association nationale d'aide aux malades du cœur. Il avait été secondé dans cette entreprise par le producteur Richard F. BROPHY, supporter de l'Association américaine du cœur, qui fut son associé de longue date, producteur de ses films, et imprésario de ses scénarios; lorsqu'il succomba à un cancer du poumon, James CUMMINS l'assista jusqu'au bout, estimant qu'il avait un partenaire et ami au-delà de ce qu'on pouvait espérer (*).

James CUMMINS faisant la lecture aux enfants d'une école de son livre pour la jeunesse à vocation caritative, en compagnie de son soutien Richard BROPHY, administrateur de haut niveau ayant une formation scientifique, qui se reconvertit par passion dans le cinéma, en tant qu'acteur et producteur.

L'état de santé diminué contraignit James CUMMINS à abandonner la mise en scène, les assurances refusant dorénavant de prendre en charge les tournages. Il se consacra à l'écriture de scénarios en tant qu'auteur aussi bien que consultant et entreprit aussi de proposer sous l'identité de J.T. CUMMINS - afin d'éviter la confusion avec un poète se nommant également James CUMMINS - des histoires à suspens à lire sur livre électronique (Kindle) traitant de sorcellerie et de créatures mythiques, comme THE JITTERS et ses monstres ambigus, et dont l'une, SOFTLY: THE UNIVITED figura parmi les 100 récits d'épouvante à lire sur internet les plus demandés. James CUMINS s'est éteint durant son sommeil le 1er décembre 2010, à l'âge de 51 ans, victime du mauvais état de ses artères. Tristement, le dernier message qu'il avait publié sur son blog ( http://www.jtcummins.com ), écrit quelques heures avant sa disparition, était consacré à l'annonce du Noël qu'il ne connaîtra pas, déplorant son dévoiement consumériste oublieux du caractère sacré qu'il avait connu dans ses jeunes années. Sans enfant, il laisse derrière lui les créatures auxquelles il apporté son concours durant une décennie particulièrement riche.

La créature simiesque de THE JITTERS

PS : James CUMMINS avait semble-t-il apprécié la photo rare que "Créatures et imagination" avait mise sur internet du cadavre norvégien "hamburger" de THE THING qui permet de voir les quatre membres supérieurs de la créature, la commentant sur son blog : "Rob BOTTIN gardait un contrôle fanatique des photos prises durant la création des effets spéciaux de THE THING de John CARPENTER, aussi même de nos jours, il est rare de voir des images de tournage comme celle postée ici. D'après la forme de la photo, c'est un Polaroid pris durant l'application de la peinture. Bien que la création semble molle et charnelle, elle est en fait réalisée en fibre de verre. Les sculpteurs qui ont contribué à la création de cette pièce sont : Rob BOTTIN, moi-même, Brian WADE, Willy WHITTEN, Vincent PRENTICE. Peinture : Margaret BESERRA - devenue épouse PRENTICE".

James CUMMINS, dessinateur, sculpteur, technicien d'effets spéciaux, scénariste, réalisateur, écrivain: une existence écourtée mais bien remplie.

(*On peut voir sur le site facebook de James CUMMINS plusieurs autres photos relatives à l'opération GOOD THINGS TO SHARE, qui ne sont pas dépourvues d'émotion lorsqu'on sait que la rémission de l'auteur n'était que provisoire :

2 commentaires:

Mario Giguère a dit…

Merci de nous faire découvrir ces créateurs moins connus. Amateur des spécialistes d'effets spéciaux, je ne connaissait pas le nom de Cummins. Une lacune corrigée.

Cinesfx a dit…

Pareil pour moi...mais leur oeuvre survit et c'est bien.